Suicide Squad

Issu de la famille DC Comics, Suicide Squad était on-ne-peut-plus attendu par le public et les fans des comic books !

200.gif
Avec pour postulat de départ de casser les codes traditionnels du super-héros gentil face à un ou plusieurs vilains, Suicide Squad fait d’une bande de déglingués du cerveau les personnages principaux de son récit. Ces crapules tueurs, psychopathes, pyromane ou cambrioleur névrotique, sont missionnés par l’agent secret Amanda Waller pour lutter contre une menace énigmatique mais surpuissante. Le deal est simple : si les membres de cette SUICIDE SQUAD se détournent des ordres, ils meurent.

Confié au réalisateur David Ayer (scénariste de Trainig Day, et réalisateur de End Of Watch et Fury avec Brad Pitt), Suicide Squad est LA sortie de l’été 2016 ! Porté par un casting éclectique, cette réalisation promet de bousculer les codes du film de super-héros … En tout cas, c’est ce qu’on nous annonçait depuis près de deux ans.

suicide-squad-photo-david-ayer-960819.jpg

Malheureusement, le montage de la version finale, n’est pas a la hauteur. Comme le confirme le « Hollywood Reporter », ils racontent notamment que le projet s’est lancé dès le départ dans la précipitation. « David Ayer a écrit le script en genre six semaines, et ils sont partis avec ça« , leur assure une source liée au film. Si un peu plus de temps aurait bénéficié au réalisateur, il était devenu impossible pour Warner Bros de faire marche arrière et de revenir sur la date de sortie, déjà annoncée. Décaler un blockbuster de cette ampleur génère en effet des coûts exorbitants pour les studios, ainsi que pour leur images de marque.

En regardant attentivement les différents trailers du film, on s’aperçoit que plusieurs dialogues ont été coupés (durant la scène du bar, le « I can’t wait to show you my toys » du Joker…). Une scène entière semble même avoir été laissée sur la table de montage, où le personnage de Jared Leto tient une grenade et lance un « bye-bye » en la lâchant par terre. On pouvait notamment en avoir un aperçu dans le deuxième trailer.

jared-leto-joker-suicide-squad-trailer-mtv.jpeg

Bref, vous l’aurez compris, cette version de Suicide Squad est certainement le plus gros gachis de l’univers des superhéros au cinéma. En attendant la version Longue/ Director’s Cut ( ou celle de David Ayer)

On le dit presque tous, lorsqu’on se met face à un blockbuster, l’état d’esprit et de réception est primordial. Sachant que le plupart des spectateurs, vont au cinéma en ayant deja vu les BA, les critiques « cinéma » dans la presse de masses, ainsi que les « critiques » des twittos « journaliste » ayant plus de 500 followers… difficiles d’être dans de bonnes conditions pour voir un film en 2016.

Le divertissement l’emporte sur d’autres attentes, et l’on accepte, pour un temps, de faire le deuil de ce que bien d’autres films peuvent nous apporter. Certains, pourtant, peuvent exciter en nous l’espoir d’un semblant de nouveauté, susceptible de donner cette petite valeur ajoutée qui saupoudrera explosion, baston et fin du monde d’un humour (Les Gardiens de la Galaxie) d’une ambition narrative (X-men) ou esthétique (Batman par Nolan). Suicide Squad semblait capitaliser encore plus de promesses/attentes que son ainé (Batman Vs Superman), notamment grâce à une campagne promotionnelle certes encore une fois chargée mais furieusement enthousiasmante.

Censé être un opus indépendant au Justice League Universe – à l’instar des Gardiens de la Galaxie au sein du MCU -, tout en y étant légèrement connecté (présence de Batman largement teasé), le film devait conter comment une bande de vilains made in DC, se voyant recruter de force par le gouvernement pour en faire une force de frappe secrète – et donc facilement éliminable en cas de problèmes -, pour faire le sale boulot.

Conscient de ne pouvoir traiter équitablement toute sa galerie de personnages (lié grandement a la culture générale du spectateur moyen. Le joker, Harley Quinn étant les plus connues), David Ayer décide de se focaliser sur les trois membres les plus importants du squad, Deadshot, Harley Quinn et Rick Flag. Un choix pas forcément idiot, mais qui n’a pas fait sens dans cette version proposé au cinéma. Will Smith a beau revenir (après bien des compositions pesantes : Sept vies, Seul contre tous, Diversion, After Earth) au jeu décontracté qui nous l’a fait aimer, le roi de la gâchette qu’il interprète est un pantin condamné à faire du surplace. Le Joker auquel Jared Leto prête ses traits idéalement changeants, féminins et masculins est parfait pour cette composition mais le rôle n’existe pas réellement, a l’exception de quelques apparitions de quelques dizaines de secondes.

Warner a donc mélangé les caractères pour une furieuse orgie de joutes verbales, viriles et balourdes. Mais la somme assomme et la route empruntée déroute… Un joyeux bordel dans le script peu finaud et l’escouade se cherche encore une vraie vedette dans le collectif. le problème tient dans sa direction d’acteurs, le réalisateur n’étant manifestement pas à l’aise pour filmer des échanges humoristiques, souvent mal intercalés. Habitué à rechercher le terre-à-terre dans ses héros, il ne trouve pas ici de taulard crédible, de tueur à gage borderline ou de vraie femme fatale pour nourrir son cinéma usuel – parce que Deadshot doit être cool et sympa’, que Boomerang doit être ridicule mais s’impliquer, et qu’Harley est piégée entre son itération cartoon et son itération porn-parody. la Suicide Squad a rarement été une série penchée sur la déconne, et l’utiliser à cette fin sent l’envie de naviguer sur une vague d’anti-héros cools et blagueurs.

suicide-squad-photo-will-smith-margot-robbie-960823.jpg

En terme de réalisation, pour revenir sur l’accord montage/caméra, le film s’ouvre sur une constitution d’équipe (à la Soderbergh), avant de présenter la menace ou l’élément déclencheur.La mise en place expéditive des personnages, tous taulards, rapprochés artificiellement, par le personnage joué par l’excellente Viola Davis, est  selon moi intéressante et pose l’idée générale du film. mais cela c’etait avant la suite du montage…

Le film n’est pas construit de manière chronologique, il est facile de s’y perdre ou de s’y ennuyer, et qui disperse tout un tas de fausses fausses pistes en parallèle de l’intrigue principale. Les plans finaux sont catastrophiques de mise en scène et font penser à un  ratages récents dans la sphère super-héros (du côté de la Fox), avec un enchaîné de clichés problématiques dans la réalisation (les héros qui se battent l’un après l’autre contre le super- vilain).
Le problème, c’est que là où des fans pouvaient défendre de Batman V Superman une vision de réalisateur, ici, le film sent surtout la vision de studio. La cohérence vis a vis du même BvS se trouve difficilement, dans ce qui prend ici des allures de films de genre où tout n’est qu’exagération. La stylistique s’éloigne des deux premières pierres du DC cinématographique, sa photographie blanche épurée ou noire étouffante. Artistiquement, les films ne se répondent pas, et là où ce serait normalement une bonne nouvelle (de se dire que même dans ce cadre, chaque cinéaste aura le droit à son propre style), il en ressort surtout un manque de direction d’ensemble terrifiant – ce film apparaît comme la série B du forcing, un monde qui emprunte des codes de comédie dans un autre, plus sérieux. Déroutant.

Au moins Warner pourra se satisfaire de ses recettes au box-office. En mars, Batman v superman a été universellement conspué (a tord) , mais a tout de même rapporté près de 872M$ dans le monde. Suicide Squad soulèvera bien des critiques, mais, au vu des préventes et du buzz, réussira à rapporter au moins plus d’un milliard quatre cent millions de dollars à l’échelle du globe, car en 2016, même avec un film moyen, ou du moins, cette version la du film, les illusions du marketing et les déchaînements sur les réseaux sociaux font qu’un mauvais numéro peut parvenir à des scores historiquement élevés.

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Suicide Squad

  1. Frédéric dit :

    Ta critique est très chouette ! décidément ce film partait sous de mauvais augures. Tant pis ce sera pour une autre fois. Peut être que la version longue en blu ray sera meilleure, c’est ce qui s’est passé pour le batman vs superman. Tu me fais économiser une place. Prochain film pour moi le Jason Bourne avec Matt Damon et surtout Alicia Vikander. Bonne soirée à toi 🙂

    Aimé par 1 personne

      • Frédéric dit :

        j’ai déjà de la peine à m’imaginer regardant la version ciné alors la version longue c’est sûr que ça risque d’être une épreuve loll Vikander est belle mais pas seulement, je l’ai vu dans plusieurs films notamment le Guy Ritchie et franchement elle assure.

        J'aime

  2. Sweet Judas dit :

    Et j’ai été la première à plonger tête baissée dans cet enthousiasmant raz de marée marketing… Je suis allée voir le film au cinéma la semaine de sa sortie et clairement, j’ai rarement autant eu l’impression de gâcher 13 euros (oui, parce qu’en plus, c’était en 3D)(pourquoi, on se le demande encore).
    Tout y est gâché, ou presque. Je n’ai personnellement pas été convaincue par le Joker de Jared Leto, je le trouve trop puéril, trop « adolescent » dans sa manière de voir le monde et d’interagir avec. Je n’ai rien retrouvé de l’agent du chaos obsédé par Batman qu’on connaît tous. De même, totale hallucination sur son amourette de cour d’école avec Harley. J’ai eu l’impression de voir une resucée de Twilight chez les méchants (pas si méchants que ca quand même)(entre Deadshot papa modèle et Harley qui se fantasme en mère au foyer avec machine Nespresso au placement produit absolument aberrant)(par deux fois, en plus)…

    En résumé, un gigantesque échec (mais pas financier, donc on aura droit à une suite ainsi qu’à une série de films certainement centrés sur Harley et ses bas de maillots de bain bicolores).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s