Star Wars : Rogue Squadron II

Tete de gondole du catalogue de la Gamecube, Star Wars Rogue Squadron a été le titre phare du cube de Nintendo. La Gamecube peut quant à elle compter sur cette suite de Rogue Squadron pour faire figure de champion, de la a justifier pratiquement à lui seul l’achat de la machine…

Depuis ses débuts, la firme Lucas Arts nous a habitués à produire des titres d’une qualité graphique irréprochable sur tous les supports sur lesquels leurs jeux sont sortis. Avec Rogue Leader, ils se montrent encore une fois à la hauteur de leur réputation. Les vaisseaux sont superbement modélisés et les décors sont majestueux avec une mention spéciale pour la fameuse Étoile de la Mort et Bespin. Les graphismes impressionant en 2002 mais qui n’empeche qu’aujourd’hui ils apparaissent comme un peu datés, ils tiennent toujours bien la route.

En pratique, ce Rogue Leader se veut donc un shoot 3D assez classique. Pourtant cette immersion dans l’univers de la première trilogie Star Wars lui donne une saveur toute particulière. Le titre nous propose de revivre de l’intérieur quelques scènes mythiques des longs métrages et de rejouer la victoire des rebelles face à l’Empire. À l’instar de son prédécesseur, Rogue Squadron 2 dispose d’une jouabilité sans faille. Voler, accélérer, freiner, viser, tirer, lâcher des bombes, toutes ces opérations s’effectuent aisément, votre vaisseau répondant au doigt et à l’œil à la moindre de vos envies.

Star_Wars_Rogue_Squadron_III-Water_4.0-7143.jpg

Revivre les grandes batailles depuis son canapé

Rogue Leader commence avec l’attaque dans les tranchées de l’Etoile Noire, l’une des scènes les plus marquantes de la saga, avant de nous faire mettre à genoux les quadripodes TB-TT en enroulant autour de leurs pattes le câble de remorquage du snowspeeder. Une manoeuvre délicate qui ne laisse pas le droit à l’erreur mais qui restitue avec énormément de crédibilité la scène de la bataille de Hoth dont elle est inspirée.

Star Wars - Rogue Leader6.jpg

Un gameplay qui se peaufine

Rogue Squadron II, à l’instar de son prédécesseur, mise sur un gameplay très arcade doté d’une prise en main quasi immédiate, et se rapproche beaucoup plus d’un shoot’em up que d’un space opera.

Avant chaque niveau, un court briefing vous exposera les tenants et aboutissants de la bataille qui va suivre, objectifs consultables à n’importe quel moment en pressant la touche start une fois le combat commencé. Le joueur se retrouve alors dans le hangar, afin de sélectionner le vaisseau qu’il souhaitera piloter. Chaque vaisseau sera plus ou moins adapté à un certain type de situation. A titre d’exemple, le A-Wing constituera un choix parfait pour les engagements contre les chasseurs TIE, mais s’avérera inoffensif contre les cibles terrestres.

Son predecesseur, Rogue Squadron se contentait en grande partie de missions dans l’atmosphère, Rogue Leader fait la part belle aux escarmouches spatiales. Dans ces conditions, repérer des vaisseaux aussi petits et rapides que les chasseurs TIE au milieu des étoiles et des astéroïdes pourrait s’avérer fastidieux. En maintenant la touche Y enfoncée, une sorte de filtre s’appliquera sur l’écran, faisant apparaître les chasseurs ennemis d’une couleur violette. Dans ces conditions, aligner les adversaires sera nettement plus aisé.

dolphin2013-01-0117-2xukjy.png

La seconde nouveauté consiste en l’implémentation d’un système de communication avec vos équipiers. Différents ordres seront disponibles, chacun étant attribué à une direction du pavé directionnel. Un appui sur la « touche » correspondante pourra ainsi, entre autres, ordonner à vos ailiers de rester en formation, d’attaquer les chasseurs adverses, ou encore de s’axer sur la destruction des défenses au sol. Ne négligez pas cette possibilité, qui pourra bien souvent s’avérer cruciale !

La difficulté, de base assez relevé, prend toute son ampleur avec l’apparition des défis (reussir la mission dans un temps, précision des tir…), Non seulement les missions ne proposent pas de checkpoints, mais les vies sont limitées à trois et la victoire ne s’obtient qu’une fois tous les objectifs successifs validés. Une véritable épreuve d’endurance qui peut en décourager plus d’un si la perspective de piloter les engins les plus prestigieux de la saga n’avait pas été là pour motiver même les moins persévérants.

Vous recevez une médaille à la fin de chaque mission, allant du bronze à l’or. En récoltant ces bonus, vous débloquez de nouveaux vaisseaux et des missions cachées, histoire de renouveler et prolonger l’expérience Star Wars pour quelques heures de plus. Vous avez tout réussi avec l’or ? Tentez les médailles de platine, le vrai supplice du hardcore gamer « complétioniste » ! Ces challenges sont réellement ardus et il faut une fameuse dose de skill pour tous les réussir. Une fois débloquées, les fameuses missions bonus nous placent dans des situations complètement inédites, aux commandes par exemple de la tourelle du Faucon Millenium, ou dans la peau de Dark Vador embarqué dans son chasseur TIE avancé.

Star Wars - Rogue Leader7.jpg

Star Wars oblige, le soft dispose d’une Bande son excelente ! Musiques, bruitages, voix digitalisées, tout est fait au mieux pour accentuer l’immersion du joueur dans le soft.

En Conclusion, S’il affiche doucement le poids des ans aujourd’hui, il n’en reste pas moins un excellent jeu offrant une expérience enivrante et des défis corsés pour les meilleurs pilotes. Le principe reste en effet assez simpliste et on peut regretter que la difficulté ait été volontairement exagérée pour venir en aide à une durée de vie moyenne, mais il est indéniable que visuellement, ce titre met la claque attendue. S’il ne fallait s’acheter qu’un jeu Gamecube parmi ceux disponibles à son lancement ce serait celui-là. Pourtant d’un genre classique Rogue Leader réussit le tour de force de se rendre incontournable par une réalisation impeccable. Si vous possédez un « Cube », vous pouvez dépenser les quelques euros que vaut le soft sans hésiter, vous ne le regretterez pas.

LES PLUS

  • Une véritable claque visuelle
  • Un univers Star Wars de toute beauté
  • La fabuleuse gestion du son
  • La netteté des textures
  • Les superbes vaisseaux

LES MOINS

  • Le principe du shoot un peu redondant
  • La difficulté abusée pour augmenter la durée de vie
  • Le nombre réduit de niveaux
  • Les quelques ralentissements

.

Publicités

5 réflexions sur “Star Wars : Rogue Squadron II

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s